Planete Volcans

Les 5 plus grosses éruptions volcaniques de l’histoire

Sur Terre, environ 1 500 volcans sont encore actifs et menacent d’entrer en éruption. Environ 60 d’entre eux le font déjà chaque année. En France, les volcans se situent principalement dans les îles françaises, à l’exception de ceux du Massif Central et du Fossé rhénan. 

Quelles sont les éruptions volcaniques importantes de l’histoire et pourquoi ?

L’éruption du Vésuve en 79

Eruption Vesuve tableau de Camillo de vito

Pompéi et ses villes alentours, en Italie, sont ensevelies sous les cendres et les ponces du Vésuve en 79. La date a récemment été fixée le 24 octobre 79, suite à de nouvelles découvertes qui remettent en cause la date établie initialement du 24 août 79. 

L’après-midi du 24 octobre de l’an 79, le Vésuve commence par cracher un énorme nuage de cendres et de roches d’une trentaine de kilomètres de haut. Des nuées ardentes s’abattent sur Pompéi, Herculanum ou encore Stabies et s’ensuivent des coulées de lave qui détruisent tout sur leur passage. 

L’éruption du Vésuve dure à peine deux jours. Pourtant, elle raye bel et bien de la carte certaines villes d’Italie. Le nombre de victimes avoisine les 16 000 personnes. Des signes auraient pourtant pu alerter les habitants, qui n’y font pas attention à l’époque. En effet, plusieurs séismes auraient précédé l’éruption. 

Aujourd’hui, les archéologues continuent de s’intéresser au site détruit de Pompéi. Des corps figés et des vestiges de maisons sont sortis de terre. Le site est classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1997. 

L’éruption du Tambora en 1815

Tambora Volcan © CC BY-SA 3.0

L’éruption du Tambora, en Indonésie, est la plus puissante et meurtrière du dernier demi-millénaire. Les 10 et 11 avril 1815, le volcan laisse échapper plus de 35 kilomètres cube de magma et passe alors d’une hauteur de 4 300 mètres à 2 850 mètres. 

Ce sont trois colonnes de flammes qui s’élèvent dans le ciel. Une pluie de roches s’abat sur l’île de Sumbawa puis c’est au tour des nuées ardentes. Le volcan tue 15 000 personnes et détruit la ville de Sanggar.

Mais ce n’est pas tout : l’éruption volcanique entraîne des tsunamis. Des vagues hautes de 10 mètres ravagent les villages de pêcheurs. Si les conséquences du volcan ne se propagent pas au-delà des frontières, son impact climatique, lui, touche tout le monde. En Indonésie, il y a entre 50 000 et 70 000 victimes des tsunamis, des famines et des épidémies déclenchés par le Tambora.

En effet, un nuage de cendre se diffuse dans tout le continent. Le dioxyde de soufre, présent dans la colonne haute de 40 kilomètres, se répand à cause des courants stratosphériques. Des particules de sulfate font alors office de petits écrans solaires.

Les conséquences sur le climat sont importantes : la température moyenne en Europe occidentale diminue de 3 degrés en 1816, le froid et la pluie sont plus intenses en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne, les fruits n’évoluent plus de la même façon… La famine fait alors 100 000 victimes sur le continent européen. Et alors que la natalité diminue, la mortalité augmente. La catastrophe du Tambora s’étend et dépasse les coulées de lave et les pluies de cendres. 

L’éruption du Krakatoa en 1883

Krakatau Octobre 2013 © CC BY-SA 3.0

En 1883, des tremblements de terre se font ressentir, mais c’est un phénomène très courant dans les îles d’Indonésie. La majorité des habitants pensaient ce volcan éteint. Les semaines qui suivent, de la fumée s’échappe du cratère et de la cendre s’élève dans le ciel.

Le 27 août 1883, le volcan Krakatoa explose dans la matinée, ce qui fait monter et descendre le niveau de la mer. Le soir, une grêle de pierre ponce s’abat sur la région et les vagues se mettent à dépasser les trente mètres de hauteur. Les villes de Ketimbang, à Sumatra, et Anjer, à Java, se font alors engloutir petit à petit. Il y a encore quelques explosions. Le ciel devient noir et la température chute de 8 degrés. 

L’éruption du volcan Krakatoa détruit en tout 165 villages, fait 36 417 morts et énormément de blessés. La majorité des victimes sont dues aux tsunamis et non pas à la lave ou aux gaz. Les conséquences des volcans vont bien au-delà des coulées de lave ou des nuages de cendres, elles peuvent s’étendre et devenir climatiques.

L’éruption de la montagne Pelée en 1902

Baie de Saint Pierre, Montagne Pelée. © CC BY-SA 4.0

C’est l’éruption volcanique la plus meurtrière du XXe siècle, avec son bilan de 30 000 morts. Le 8 mai 1902, une nuée ardente noire, constituée de gaz toxiques, de cendres et de lave, s’échappe de la montagne Pelée et brûle la ville de Saint-Pierre. Une ville de près de 26 000 habitants, capitale économique et culturelle de Martinique, partie prenante du commerce international de rhum. 

Seuls deux personnes arrivent à s’en sortir : un cordonnier et un prisonnier. Les murs de la cellule de ce dernier lui sauvent la vie. Les autres habitants meurent brûlés ou asphyxiés. 

Le 30 août 1902, une seconde éruption a lieu, causant la mort de plus d’un millier de personnes. La montagne Pelée ne s’arrête pas là car son activité volcanique se poursuit jusqu’en 1905. C’est la seule éruption catastrophique de France. 

L’éruption du Pinatubo en 1991

Volcan Pinatubo aux Philippines

Le 9 juin 1991, le volcan Pinatubo entre en éruption, sur l’île de Luçon, aux Philippines, causant la mort d’environ 850 personnes, la démolition de 8 000 maisons et touchant plus de 2 millions de personnes. Il s’agit d’un stratovolcan, c’est-à-dire qu’il donne lieu à des éruptions explosives. L’importante explosion déverse alors 30 millions de tonnes d’aérosols dans la stratosphère, à 20 kilomètres de hauteur. 

Cette catastrophe cause alors un dérèglement climatique. La Terre est refroidie d’un demi-degré. Le niveau des océans baisse, à cause des millions de tonnes de cendres et de dioxyde de soufre envoyés dans l’atmosphère. Depuis 1950, les océans sont généralement habitués à gagner en moyenne 1,8 millimètres par an. Après l’éruption du Pinatubo, ils perdent 5 millimètres en un an. 

Les catastrophes volcaniques peuvent avoir un impact climatique fort. Les tremblements de terre, les gaz qui s’échappent des cratères, etc. peuvent avoir des conséquences négatives sur l’environnement, voire sur le globe terrestre tout entier. 

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *