Développement durable Environnement

La consigne du verre et plastique, une solution d’avenir ?

Face à la problématique de la gestion des déchets, il est nécessaire de mettre en place les solutions adéquates. Parmi les options envisagées, la consigne fait aujourd’hui son retour en France. Le principe est simple : rapporter les bouteilles plastique ou verre tout en profitant de quelques centimes en contrepartie. Un système vertueux et qui serait bénéfique pour tout le monde, et ce, à différents niveaux. Afin de réduire la production de déchets et de sensibiliser au maximum les populations, la mise en place de la consigne représente donc une alternative particulièrement intéressante. 

Le principe de la consigne

Le système de consigne repose sur l’achat d’un emballage lorsque le consommateur le rend au producteur. Basé sur un principe de gratification, il permet d’inciter à rapporter les récipients afin qu’ils soient réutilisés plutôt que de les jeter. En France, cette pratique était très répandue entre 1960 et 1990, notamment pour le verre. Mais le développement du plastique a finalement privilégié le développement des solutions de recyclage, au détriment de la consigne. Face à la prolifération des déchets, la question de la consigne fait donc son retour et se pose désormais pour les emballages en verre ainsi qu’en plastique. 

Les avantages de la consigne généralisée

Environnement

L’un des objectifs principaux de la consigne est la limitation de l’utilisation des ressources naturelles. De cette limitation découle plusieurs avantages qui sont notamment la réduction des déchets et éviter l’épuisement de ces ressources. Si l’on compare le principe de consigne à celui du recyclage, on note également une véritable économie en termes de consommation énergétique. En effet, selon des études menées par l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la réutilisation représente 75% de moins de consommation énergétique en comparaison avec le recyclage. Réutiliser plutôt que recycler représente donc des avantages particulièrement intéressants au niveau environnemental, mais pas que. 

Financier

Les avantages de la consigne sont également d’ordre économique. Pour le recyclage, les collectivités territoriales doivent payer les entreprises en charge de cette activité, répercutant ainsi ce coût aux citoyens via les taxes d’enlèvement des ordures. La consigne permet ainsi de faire des économies non négligeables sur ce point.

A ces économies s’ajoute un avantage financier pour les consommateurs. En effet, la consigne repose sur un principe incitatif où le consommateur est récompensé par quelques centimes en l’échange des emballages rapportés. Dans ce système, l’emballage dispose désormais d’une valeur visant ainsi à éviter leur gaspillage. 

Emplois

La consigne est un principe gratifiant à différentes échelles : environnementale, financière, travail. En effet, l’économie circulaire représente une véritable source d’emplois selon l’ADEME : 400 000 emplois pour l’ensemble de cette économie. Adopter les gestes de consigne, c’est donc contribuer à la création d’emplois. 

Un atout pour la préservation de l’environnement

Les avantages de la consigne sont donc nombreux et permettent aux citoyens de faire des économies tout en contribuant à la préservation de l’environnement et à la création de nouveaux emplois. Cette nouvelle économie circulaire apparaît donc comme bénéfique à tous et permet de s’inscrire dans un cercle vertueux. Afin de développer au maximum cette pratique, il est nécessaire de mettre en place des sites de collecte adaptés et de les rendre accessibles au plus grand nombre. Pour contribuer un peu plus à la protection de l’environnement, l’idée de transformer la gratification en une contribution destinée à la “cause environnementale, de santé ou de solidarité” à également été évoquée. 

La pratique de la réutilisation des emballages qui s’est peu à peu perdue représente aujourd’hui une véritable solution pour répondre en partie aux problèmes de gestion des déchets. Encore présente dans les restaurants, hôtels et cafés, la pratique de la consigne doit être soutenue par les pouvoirs publics pour se généraliser. 

Réadapter le principe de la consigne à la société actuelle

La consigne pourrait faire augmenter les prix des produits à l’achat mais qui seraient finalement compensés par les centimes récupérés sur le retour des emballages. Afin de remettre au goût du jour cette pratique, des ajustements doivent être réalisés : 

  • Une consigne pour le verre mais également pour les emballages plastiques
  • Des machines automatisées accessibles au plus grand nombre pour faciliter la collecte
  • Soutien des circuits courts pour simplifier le principe de consigne

Une prise de conscience et une remise en cause du plastique

L’urgence climatique fait pleinement partie des problématiques qui se posent aujourd’hui à notre société. La surconsommation et la fabrication permanente de produits apparaissent aujourd’hui comme des points favorisant la dégradation de l’état de la planète. Réutiliser plutôt que de refabriquer apparaît donc comme un système bien plus intéressant et qui doit être privilégié. 

Le retour sur le devant de la scène de la consigne provient également d’une remise en cause du plastique et de ses effets particulièrement nocifs sur l’environnement et la santé. En effet, au niveau de la production, le plastique impacte particulièrement l’état des ressources naturelle et entraîne des rejets hautement polluants pour l’environnement. Face à cette prise de conscience, plusieurs entreprises, dont les supermarchés, ont commencé à mettre en place des systèmes pour réduire les emballages et notamment ceux en plastique. 

Où en est-on en France ? 

Contrairement à plusieurs de ses homologues européens, notamment l’Allemagne, la France est en retard sur la mise en place de la consigne. En effet, depuis le début des années 1990, les pouvoirs publics ont préféré opter pour le tri sélectif au détriment de la consigne. Aujourd’hui, une demande croissante pour la mise en place de solutions de consigne impose aux autorités de travailler sur la réhabilitation de ce système. 

La mise en place de systèmes de collecte adaptés devient une nécessité en France. En effet, actuellement, seulement 56% des bouteilles plastiques sont recyclées en France, loin de l’objectif de 100% du plastique collecté d’ici 2025. Face à ces difficultés, la consigne peut apparaître comme une solution complémentaire voire qui pourrait même remplacer le processus de recyclage qui consomme plus en énergie. Comme on peut l’observer dans certains pays, les solutions de consigne existent et fonctionnent. Afin d’inciter à la réduction des déchets et à une consommation plus raisonnée, la mise en place des systèmes de consigne adaptés devient donc un enjeu important. 

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *